Une nouvelle Carte Raspberry

Depuis quelque temps (des années ?), des rumeurs se font de plus en plus pressante parlent d’un microcontrôleur désigné par la fondation Raspberry.  

Jusqu’à maintenant nous avions des Raspberry Pi équipés de SoCs 

Qu’est-ce qu’un Soc ? 

SoC veut dire System on Chip, en français Système sur Puce (SsP ???). 

Pour faire simple, pour moi un SoC c’est un circuit intégré (une puce) dans laquelle ont été mis des composants que l’on trouve dans un ordinateur. Un processeur bien sûr, mais aussi par exemple de la RAM, de la flash, un processeur graphique. 

En gros, c’est une carte mère qui tient sur une puce. 

 Exemple : Le SoC de la Pi Zero


Par exemple la puce qui équipe la moins puissante des Raspberry, la Pi Zero (et les A, B, B+) se nomme BCM2835 : 

  • Un processeur ARM 11776 à 1 GHz 
  • 512 Mo de DRAM 
  • un GPU (processeur graphique) avec deux cœurs
  • Gestion de l’USB, SPI, GPIO, I2C, UART (série) 
  • Bus CSI/ISP (camera) 
  • Interface avec un carte SD 
  • Audio 
  • HDMI 1080p, PAL.NTSC et LCD 

C’est donc un SoC, non pas un microprocesseur, car elle possède de la RAM un GPU, pas un microcontrôleur (bien plus puissant)

Et alors c’est quoi un microcontrôleur ? 

Là encore pour faire simple : c’est un Soc mais moins puissant

Pour faire un (peu) plus long, c’est un circuit intégré comprenant au moins un microprocesseur, des mémoires et ports d’entrée-sortie, gérant notamment les entrées analogiques … Ce qui le caractérise vraiment des microprocesseurs, c’est leurs faibles consommations et leurs prix qui sont très faibles. 

Avec si peu de ressource, les microcontrôleurs sont incapables de tourner un système d’exploitation 

L’Arduino possède un microcontrôleur.  

Maintenant la Rapsberry Pico (équipée d’un microcontrôleur) 

Maintenant la Rapsberry Pico (équipée d’un microcontrôleur)

1.   Présentation

Attention à ne pas confondre le processeur (le microcontrôleur dans notre cas) et la carte sur laquelle il s’y trouve :

    • Processeur ARM Cortex M0+ à deux cœurs, cadencé à 133 MHz 
    • 254 Ko de SRAM et 2 Mo de Flash 
    • 26 GPIO 
    • 3 entrées analogiques 
    • Contrôleur de bus  
    • UARTS (au nombre de 2) 
    • SPI (2)
    • I2C  (2) 
    • PWM  (16) 
    • USB (1) 

A noter, qu’elle possède une machine à états qui permettrait de réaliser d’autre gestion de protocoles. 

2.   Pourquoi un tel intérêt ?

Les raisons sont les suivantes : 

  • M’amusez avec un nouveau joujou 
  • Remplacer l’apprentissage des microcontrôleurs à base d’Arduino et de Mbed par une carte programmable en Python 
  • Le prix : 4.50 € 

3.   La suite ?

Commandés, treize Pico sont en attentes … 

 

4. Pour aller plus loin ..

Parcourez les articles reprenant un cours d’introduction sur les systèmes à base de processeurs (MicroC, MicroP, SoC … :

http://www.framboiseetcompagnie.fr/systemes-electroniques-a-base-de-processeurs-partie-1-les-processeurs/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *